Avis d’une stagiaire

Mon nom est Satchimi Boucharlat, étudiante en 3ème année de licence de Japonais et de Communication et Formation Interculturelle (C.F.I.) à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO). Ayant découvert l’association Savoirs Pour Réussir (S.P.R.) grâce à une amie, j’ai décidé de postuler pour un stage d’une quinzaine de jours. Mon stage constituait essentiellement à découvrir et à observer l’environnement de l’association, puis j’ai eu l’occasion de participer plus activement.

Quinze jours, ce n’est pas beaucoup, pourtant j’ai appris énormément. Les jeunes qui y viennent sont dynamiques, motivés et solidaires. Les différents tuteurs et tutrices que j’ai pu rencontrer sont engagés dans leur action bénévole. « Leur donner envie d’apprendre », telle est une des devises, ici. Mais surtout : « apprendre à désapprendre ». Car l’école est taboue à l’association S.P.R. On parle d’ateliers et non de cours ; de tuteurs et non de professeurs ; de jeunes et non d’élèves. Le contexte rigide du système éducatif, l’uniformité scolaire, la hiérarchisation sont abandonnés au profit de la tranquillité, de la confiance et de la valorisation de chaque individu.

En effet, aucun n’est laissé à l’écart. S’il se renferme, on l’encourage ; s’il ne s’ouvre pas davantage on le laisse tranquille. Chacun va à son rythme sans être bousculé. Tous ont le même but : progresser. L’association crée un cadre chaleureux, où tout le monde s’entraide. Bref, un lieu de rencontres et d’échanges propice au développement intellectuel de chacun.

Mes deux ateliers préférés ont été Expression orale et Merveilles du monde. Dans le premier, la tutrice mélange musique et apprentissage. Une séance de danse est proposée au début au rythme de la musique, puis s’ensuit une autre où l’on essaie de comprendre les paroles de la chanson. Dans Merveilles du monde, les jeunes entrent en contact avec le monde culturel en découvrant de nouveaux jeux ou bien en participant à des sorties dans des musées. Dans découverte on trouve ouvert, et les deux ateliers montrent bien le rapport étroit entre les deux termes.

Quinze jours, ce n’est pas beaucoup… mais j’ai appris énormément.

 

Publicités
Cet article, publié dans spr paris, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.